à propos

Le collectif Archipel Citoyen est né en 2017 de la volonté d’une poignée de personnes soucieuses de réfléchir collectivement à un renouvellement des propositions politiques fondé sur les notions de démocratie vivante et participative.

Par l’information, la formation, le débat, l’éducation populaire et les actions de terrain, l’association a pour objectif de redonner aux habitantes et habitants le pouvoir d’agir sur leur ville en les plaçant au centre des décisions politiques. 

En 2019 et 2020, dans le cadre des élections municipales toulousaines, l’Archipel Citoyen a lancé un appel aux citoyennes et citoyens toulousains désireux de soutenir ses valeurs humaines, sociétales et environnementales tout en respectant son code éthique. Ainsi, par un processus de désignation inédit, le collectif a porté jusqu’au second tour des élections une liste citoyenne rejointe par des membres d’organisations politiques qui a permis à 14 de ses candidats de continuer à défendre son programme dans l’opposition municipale et métropolitaine.

Aujourd’hui, l’association Archipel Citoyen retrouve son indépendance face aux stratégies politiques institutionnelles. Elle poursuit son engagement pour défendre les valeurs municipalistes et sociocratiques, et invite quiconque partageant des objectifs similaires à échanger afin de construire ensemble les alternatives toulousaines de demain.

 

Notre raison d’être :

Archipel Citoyen se donne pour but de redonner aux habitantes et aux habitants de Toulouse et de sa métropole le pouvoir de transformer leur quartier, leur ville et métropole. 

Archipel Citoyen affirme sa volonté de développer dans le temps, avant, pendant et après les élections municipales une culture de la démocratie permanente. 

La finalité est de faire de la politique autrement, de manière ascendante, des habitantes et les habitants vers leurs représentantes et représentants, et non descendante, en mettant en pratique les principes suivants : 

  • Donner à chaque personne oubliée ou invisible une voix, une représentation et une capacité de décision dans la démocratie locale
  • Favoriser le collectif et son intelligence au détriment des egos
  • Favoriser une culture de la coopération et de l’inclusion
  • Porter une transformation en phase avec un socle de valeurs humaines, sociales, environnementales et politiques précis

 

Archipel Citoyen affirme son identité municipaliste, à savoir un projet politique visant la réappropriation collective des institutions locales par les habitantes et habitants. 

  • La démocratie par les habitantes et habitants : Le pouvoir ne doit plus être concentré dans les mains de quelques personnes mais au contraire se retrouver à tous les niveaux, dans toutes les structures de la communauté municipale et aux mains de celles et ceux qui l’habitent. Chaque personne élue doit servir et défendre les idées et les projets des Toulousains, le bien commun et l’intérêt général avec exemplarité et transparence. En tant qu’actrices et acteurs centraux, les habitantes et habitants doivent être impliqués dans l’émergence des idées et des projets, la construction des solutions et les prises de décisions grâce à des méthodes inclusives et coopératives.

 

  • Justice sociale et solidarité : La municipalité, sur son périmètre de responsabilité, a le devoir d’apporter les moyens d’accès aux ressources matérielles, sociales et culturelles nécessaires pour assurer une vie digne, la protection des plus faibles et la sécurité physique et matérielle à toutes et tous. Par ailleurs, elle doit mettre en œuvre les moyens pour réduire les inégalités de condition de vie et d’accès aux services.

 

  • Transition écologique : La municipalité doit transformer Toulouse pour apporter des réponses aux urgences environnementales et climatiques actuelles afin de rendre, à brève échéance, la ville plus vivable. Elle doit permettre d’imaginer la ville et la vie de ses habitantes et habitants au-delà d’un mandat pour donner aux générations futures les moyens de mettre en œuvre leurs propres aspirations. Ensemble, la municipalité et les citoyens et citoyennes doivent agir de manière responsable, préserver les ressources naturelles et la biodiversité, réduire l’impact de leurs activités et développer de nouveaux modèles économiques. 

 

  • Vivre en commun : La ville, c’est autant qu’un territoire, une communauté d’habitants et habitantes qui l’animent. A ce titre, la qualité des relations est essentielle pour faciliter et sécuriser la vie de tous et toutes au quotidien et faire vivre la démocratie coopérative. La municipalité a pour mission de porter et développer les valeurs de civisme, bienveillance, tolérance, respect des autres et de soi-même, responsabilités individuelles et collectives ainsi que de créer des opportunités pour les Toulousaines et Toulousains de “faire ensemble”.
  • Se former

La démocratie vivante ne s’improvise pas : elle s’apprend !

Proposer à chaque citoyen de se former à tous les moments de sa vie. Cela peut démarrer dès le plus jeune âge en proposant des pratiques de débat et de décision collective entre enfants, notamment via les CLAE et les centres de loisirs. 

Puis offrir à tous la possibilité de se former en proposant des outils pour s’entraîner en pratique au débat, à la prise de décision collégiale, aux outils et méthodes de la Démocratie Citoyenne.

  • S’informer

S’impliquer dans la décision publique nécessite de pouvoir exprimer un avis conscient et riche de sources contradictoires.

Pour pouvoir informer ainsi les habitants sur les modifications, chantiers et prises de décisions relatives à leur quartier, proposer des kiosques d’information dans chaque Maison Commune, favoriser l’expression libre, faciliter les criées publiques, améliorer la possibilité d’expression des différentes parties prenantes dans les supports de communication municipaux.

  • Proposer

S’impliquer dans la décision publique nécessite de créer des espaces pour proposer ses idées. 

Soutenir les initiatives citoyennes: permettre le lancement de projets au niveau du quartier ou de la ville, et s’engager à offrir les soutiens techniques, communicationnels, légaux et à l’estimation budgétaire, nécessaires aux citoyen∙ne∙s dont les idées auront été plébiscitées. 

Proposer et développer des outils dédiés aux propositions et à l’expérimentation : plate-forme citoyenne, laboratoires urbains, mise en avant du tissu local et associatif

Porter chacune de ces initiatives citoyennes pour aboutir à sa mise en délibération au conseil municipal, à un référendum d’initiative citoyenne (RIC) ou à la mise en place d’une assemblée citoyenne dédiée.

  • CO-construire

Permettre à chacun∙e de participer à l’animation et la vie de son quartier ainsi qu’à l’élaboration des projets initiés par les citoyen∙ne∙s ou les équipes municipales

Cela passe par l’aménagement d’horaires adaptés pour permettre à tous de participer, prévoir un compte “temps citoyen” permettant et incitant à la participation et à la formation de tou∙te∙s à la vie de la cité, notamment aux assemblées citoyen•ne•

Donner une visibilité continue sur l’avancement des projets et des réunions participatives organisées par l’assemblée citoyenne.

Procéder à des évaluations régulières des actions des instances existantes (Commissions de quartier, Conseils citoyens, Conseil municipal des jeunes toulousains…)  afin d’améliorer leur fonctionnement, leur indépendance, leur représentativité et leur légitimité. 

  • Décider

Créer les conditions pour une véritable décision collective impliquant citoyen∙ne∙s, élu∙e∙s et agents publics sur les projets importants de la ville.

Notamment en porposant des référendums pour compléter les assembléescitoyennes, augmenter le nombre de conseils municipaux annuels, proposer plus de transparence pour toutes les délibérations prises par les élus, et pour certians projets la possibilités de réagir en amont. 

  • Contrôler

Il est nécessaire d’assurer des contre-pouvoirs, de favoriser le contrôle citoyen de la gestion municipale et de détecter les abus de manière indépendante.

Définir les règles éthiques et leurs critères à appliquer aux élu·e·s et à la politique municipale. Définir et appliquer les sanctions associées

mettre en place un dispositif d’alerte révocatoire des élu∙e∙s sur mode pétitionnaire en cas de manquement grave au manifeste des valeurs ou au code éthique. Conformément au code éthique, un∙e élu∙e s’engage à démissionner le cas échéant. 

Mettre en place un observatoire des engagements constitué d’habitants volontaires et tirés au sort qui évaluera la mise en oeuvre de chaque engagement et pourra signaler les manquements.

Le fonctionnement d’Archipel Citoyen s’appuie sur les principes de la sociocratie. Ils font appel à la liberté et à la co-responsabilisation des acteurs.

Quatre règles fondatrices sont mises en pratique :

  • Le consentement : une décision est prise par consentement si aucune objection importante et argumentée ne lui est opposée. Toute décision ne se prend pas systématiquement par consentement, notamment pour la gestion des affaires courantes. 
  • Les cercles : Archipel citoyen est organisé en cercles de différents niveaux. Trois sont définis par les statuts : le Grand Cercle, le cercle de Coordination, le cercle Éthique. Les autres cercles correspondent aux besoins fonctionnels ainsi qu’aux enjeux thématiques ou géographiques. L’ensemble des cercles composent l’architecture organisationnelle de l’association. 
  • Double-lien: Grâce à un double lien, les cercles assurent un flux d’information et de communication avec le cercle de niveau supérieur qu’est le cercle de Coordination. Un ou une Porte-Voix est élu ou élue par chaque cercle pour le représenter à la Coordination. Un ou une Point d’Entrée pour chaque cercle est désigné ou désignée par le cercle de Coordination afin d’y redescendre les informations le concernant.

 

  • Élection sans candidats: Pour élire ses représentants, chaque cercle procède à une discussion ouverte et argumentée aboutissant à la nomination d’une personne choisie par consentement mutuel. La non-candidature préalable ouvre la possibilité à toute personne membre du cercle d’être choisie par ses pairs, le consentement s’assurant que le meilleur choix possible ait été fait.

 

 

La finalité est de faire de la politique autrement, de manière ascendante et non descendante, des habitantes et habitants vers leurs représentantes et représentants, en mettant en pratique les principes suivants :

 

Responsabilité collective et partagée ; horizontalité ; autonomie : Le fonctionnement du mouvement est horizontal et chaque cercle est autonome dans son organisation. Afin de limiter le risque de concentration de pouvoir qui menace toute organisation, Archipel Citoyen a mis en place un partage des responsabilités et un renouvellement régulier de ses représentants.

 

Formation ; éducation citoyenne mutuelle : Archipel Citoyen privilégie les démarches de coopération et de co-apprentissage. L’égalité entre membres est un principe visant à favoriser la transmission et le partage de connaissances de manière horizontale.

 

L’égalité entre les individus 

Nous défendons une égalité de droits et de faits des individus quels que soient le genre, l’orientation sexuelle, l’âge, l’origine sociale, ethnique, culturelle, religieuse ou les situations de handicap. 

Nous nous obligeons à la mixité en cherchant systématiquement à atteindre la parité femme / homme.

Transparence

La volonté de transparence conduit à expliquer le cheminement qui a amené à une décision, à citer ses sources, à garantir l’accès permanent au maximum d’informations. 

Bienveillance 

Chaque cercle met en œuvre les principes de la communication non violente. L’expression des désaccords est nécessaire pour progresser et doit se faire dans le plus grand respect mutuel.

Respect des processus et décisions 

Toute délégation de responsabilité accordée à un cercle oblige ses membres à “rendre compte”, à tenir informés les autres membres, à expliquer. Des processus de contrôle (collectif et auto-contrôle) permettent de vérifier que l’action n’éloigne pas le mouvement de ses principes et de sa finalité. 

Convivialité 

Les activités de l’association s’opèrent dans un climat festif et convivial. 

L’association est statutairement composée de trois cercles permanents : 

  • Le Grand Cercle. 
  • Le cercle de Coordination. 
  • Le cercle Éthique.

Autour de ces trois cercles sont articulés les cercles de fonctionnement

Le Grand Cercle : Le Grand Cercle a lieu au moins une fois par an et invite toutes les adhérentes et tous les adhérents pour se prononcer sur le rapport moral, le rapport d’activité et sur les comptes de l’exercice financier, mais également délibérer sur les orientations à venir, le budget et la politique générale de l’association.

Les décisions importantes relatives à la stratégie et l’organisation du mouvement sont, par ailleurs, votées en Grand Cercle qui pourvoit notamment à la nomination et au renouvellement, ou à la révocation, des membres du cercle de Coordination et du cercle Éthique.

Enfin, le Grand Cercle peut être convoqué sous forme d’une Assemblée Citoyenne ouverte à des personnes qui n’ont pas adhéré, durant lesquelles ces personnes peuvent participer aux débats sans prendre part aux votes.

Le cercle de coordination

Le cercle de Coordination, composé de membres adhérents élus par le Grand Cercle et des Portes Voix nommés dans les Cercles de Fonctionnement, est chargé de mettre en œuvre la stratégie générale par l’application des décisions prises en Grand Cercle. Il assure également la gestion, création et suppression des cercles de fonctionnement.

Le cercle Éthique

Le cercle éthique est un organe de veille non décisionnel qui s’assure du respect et de l’application des valeurs et principes de l’association, ainsi que de ses règles énoncées dans les statuts et le règlement intérieur. Il s’assure également de la conformité des votes, notamment lors des Grands Cercles.
Par ailleurs, le cercle éthique contribue à apaiser les tensions et peut, au besoin, demander le recours à des sanctions.

Les cercles de Fonctionnement

Les cercles de Fonctionnement peuvent être opérationnels, thématiques ou géographiques (cercles de Quartier). 

Les cercles de Fonctionnement sont créés par le cercle de Coordination sur proposition de membres adhérents. Ils reçoivent alors leur attribution du cercle de Coordination qui a également le pouvoir de les dissoudre. Composés de membres adhérents, ils restent ouverts aux bienfaiteurs et sympathisants qui peuvent prendre part à leurs travaux.

Retrouvez les statuts de l’association : Statuts

Vous pouvez participer à l’association, en suivant ce lien : Je participe

Inscription à la Newsletter

Pour recevoir des informations personalisées sur votre quartier, merci de remplir les informations suivantes facultatives

Grand Cercle
#11

Lundi 30 novembre

19h30

Évènement en ligne

Informations et contenus

Pour cause du contexte sanitaire, celle-ci se fera en vidéo-conférence, via le logiciel Zoom et pourra accueillir jusqu’à 100 participants et participantes :

  • 19h00 : Accueil et test micro
  • 19h15 : Blabla informel entre militants « Moi et l’Archipel Citoyen : j’en suis où ? »
  • 19h30 : Lancement du GC
    • 1/ La Zone à Faible Emission : Séquence de vulgarisation préparée par un GT dédié. Invitation d’élu·es pour préciser le calendrier en lien avec les conseils de la ville et TM. Proposition de se saisir d’un axe de consultation concret à mener sans plus tarder pour retourner sur le terrain
    • 2/ Quelles priorités d’action pour le mouvement ? : Une sélection, volontairement restreinte, pour être mobilisatrice sans s’éparpiller
    • 3/ Gouvernance et décisions : Présentation des propositions soumises à décision + modalités de vote
    • 4/ Statuts association Archipel Citoyen : Présentation des éléments structurants pour préparer l’AGE de décembre et l’adoption des nouveaux statuts 5/ L’association et les élus, quelles relations ? : Débat et ressentis sur la situation
Grand Cercloe 8 - Tien Tran - HD-087