Le processus de désignation

Dans le collectif Archipel Citoyen, nous pensons qu’une liste ne peut être qualifiée de “citoyenne” que si elle émane de la décision des citoyens.
Une liste qui compterait dans ses rangs 50% de citoyens choisis par une tête de liste sur la base de critères opaques n’aurait de citoyenne que le nom.
Alors, on a réfléchi pour imaginer une démarche ouverte, inclusive et innovante qui permettrait d’amener des habitants à s’interroger sur leur participation à une telle liste et à se sentir légitimes pour devenir candidats.
En complément, on a travaillé pour voir comment partager le pouvoir de décision et créer les conditions pour permettre un choix informé au regard des critères établis collectivement.

Si la démarche peut paraître compliquée, elle est une moyen d’expérimenter en conditions réelles et sur un enjeu important la démocratie délibérative et permanente que nous appelons de nos vœux. C’est en marchant qu’on apprend !

Pourquoi constituer une liste participative aux élections municipales ?

Pour que chacun et chacune puisse se sentir à l’aise et légitime de venir contribuer à transformer Toulouse et la métropole … La démocratie ne se décrète pas, elle s’apprend pas à pas, alors plutôt que de promettre de changer les choses APRÈS les élections, nous avons commencé tout de suite avec un processus de désignation démocratique, transparent et inclusif !

Qui a choisi qui est sur la liste ?

Les TOULOUSAINS et TOULOUSAINES !

Il y a eu 3 flux pour constituer cette liste :

  • Des candidat·e·s volontaires : ils sont volontaires et souhaitent mettre leur énergie au service du collectif ;
  • Le plébiscite : on peut désigner et plébisciter nos ami·e·s, collègues ou voisin·ne·s qui nous inspirent !
  • Du tirage au sort : Personne n’est moins légitime que personne pour s’impliquer ! Le tirage au sort est un moyen d’affirmer cela et d’obtenir une représentation géographique puisqu’il a été effectué par quartiers. On n’y a pas recherché une représentation sociologique, impossible à satisfaire sur un échantillon aussi restreint.

et ensuite que se passe t'il ?

Les candidats volontaires et plébiscités sont intégrés sur une plateforme en ligne pour être départagés par les habitants de la ville.
D’abord via une campagne de soutiens, où chaque votant peut attribuer un soutien à autant de personnes qu’il ou elle le souhaite. Au-delà d’un certain seuil de soutiens, les candidats sont retenus pour la suite.
C’est là qu’entre en jeu les jurys citoyens et la méthode du jugement majoritaire, un vote alternatif inventé par deux chercheurs français qui permet de donner son appréciation à tous les candidats plutôt qu’un seul.
C’est le mécanisme de vote le plus fidèle aux attentes des votant et qui permet de sélectionner les 2/3 de la liste de premier tour, soit 46 personnes. 
Les personnes plébiscités ou tirées au sort sont invitées à venir découvrir le projet avant qu’elles puissent accepter ou non leur participation au reste du dispositif.
Une liste d’attente sert de “réserve” en cas de désistements.

69 : Le chiffre !

Il s’agit du nombre de conseillers municipaux de la ville de Toulouse. La parité est de mise, et les étiquettes mises de côté. A ce stade, on obtient une fabuleuse équipe de 69 personnes, prête à relever ce défi aux côtés des toulousain·ne·s, alors peu importe nos appartenances associatives, politiques ou culturelles, on passe en mode coopération, au service de la transformation de la ville !
La tête de liste ? Plutôt que la tête de liste choisisse ses colisiters, ce sont les candidats de la liste qui ont désigné démocratiquement leur tête de liste. On a fait confiance à ces 69 personnes, du coup, c’est elles qui ont déterminé l’ordre de la liste.

Qui contrôle le processus ?

Un comité de suivi composé d’adhérents d’Archipel Citoyen qui a suivi l’ensemble du processus. Il a eu 3 rôles :

  • Assurer que le déroulement du processus est conforme et ne présente pas de fraude
  • Accompagner le groupe de candidats constitué
  • Servir de recours à la demande du groupe de candidats si un candidat ne respectait pas les valeurs du collectif

Le document PDF du processus au moment où il a été lancé :

Pour que chacun et chacune puisse se sentir à l’aise et légitime de venir contribuer à transformer Toulouse et la métropole … La démocratie ne se décrète pas, elle s’apprend pas à pas, alors plutôt que de promettre de changer les choses APRÈS les élections, nous avons commencé tout de suite avec un processus de désignation démocratique, transparent et inclusif !

Les TOULOUSAINS et TOULOUSAINES !

Il y a eu 3 flux pour constituer cette liste :

  • Des candidat·e·s volontaires : ils sont volontaires et souhaitent mettre leur énergie au service du collectif ;
  • Le plébiscite : on peut désigner et plébisciter nos ami·e·s, collègues ou voisin·ne·s qui nous inspirent !
  • Du tirage au sort : Personne n’est moins légitime que personne pour s’impliquer ! Le tirage au sort est un moyen d’affirmer cela et d’obtenir une représentation géographique puisqu’il a été effectué par quartiers. On n’y a pas recherché une représentation sociologique, impossible à satisfaire sur un échantillon aussi restreint.

Les candidats volontaires et plébiscités sont intégrés sur une plateforme en ligne pour être départagés par les habitants de la ville.
D’abord via une campagne de soutiens, où chaque votant peut attribuer un soutien à autant de personnes qu’il ou elle le souhaite. Au-delà d’un certain seuil de soutiens, les candidats sont retenus pour la suite.
C’est là qu’entre en jeu les jurys citoyens et la méthode du jugement majoritaire, un vote alternatif inventé par deux chercheurs français qui permet de donner son appréciation à tous les candidats plutôt qu’un seul.
C’est le mécanisme de vote le plus fidèle aux attentes des votant et qui a permis de sélectionner les 2/3 de la liste de premier tour, soit 46 personnes. 
Les personnes plébiscités ou tirées au sort sont invitées à venir découvrir le projet avant qu’elles puissent accepter ou non leur participation au reste du dispositif.
Une liste d’attente sert de “réserve” en cas de désistements.

Il s’agit du nombre de conseillers municipaux de la ville de Toulouse. La parité est de mise, et les étiquettes mises de côté. A ce stade, on obtient une fabuleuse équipe de 69 personnes, prête à relever ce défi aux côtés des toulousain·ne·s, alors peu importe nos appartenances associatives, politiques ou culturelles, on passe en mode coopération, au service de la transformation de la ville !
La tête de liste ? Plutôt que la tête de liste choisisse ses colisiters, ce sont les candidats de la liste qui ont désigné démocratiquement leur tête de liste. On a fait confiance à ces 69 personnes, du coup, c’est elles qui ont déterminé l’ordre de la liste.

Un comité de suivi composé d’adhérents d’Archipel Citoyen qui a suivi l’ensemble du processus. Il a eu 3 rôles :

  • Assurer que le déroulement du processus est conforme et ne présente pas de fraude
  • Accompagner le groupe de candidats constitué
  • Servir de recours à la demande du groupe de candidats si un candidat ne respectait pas les valeurs du collectif

Le document PDF du processus au moment où il a été lancé :

Inscription
Newletter

Grand Cercle
#11

Lundi 30 novembre

19h30

Évènement en ligne

Informations et contenus

Pour cause du contexte sanitaire, celle-ci se fera en vidéo-conférence, via le logiciel Zoom et pourra accueillir jusqu’à 100 participants et participantes :

  • 19h00 : Accueil et test micro
  • 19h15 : Blabla informel entre militants « Moi et l’Archipel Citoyen : j’en suis où ? »
  • 19h30 : Lancement du GC
    • 1/ La Zone à Faible Emission : Séquence de vulgarisation préparée par un GT dédié. Invitation d’élu·es pour préciser le calendrier en lien avec les conseils de la ville et TM. Proposition de se saisir d’un axe de consultation concret à mener sans plus tarder pour retourner sur le terrain
    • 2/ Quelles priorités d’action pour le mouvement ? : Une sélection, volontairement restreinte, pour être mobilisatrice sans s’éparpiller
    • 3/ Gouvernance et décisions : Présentation des propositions soumises à décision + modalités de vote
    • 4/ Statuts association Archipel Citoyen : Présentation des éléments structurants pour préparer l’AGE de décembre et l’adoption des nouveaux statuts 5/ L’association et les élus, quelles relations ? : Débat et ressentis sur la situation
Grand Cercloe 8 - Tien Tran - HD-087