Nos principes

Les principes d'organisation

L’élaboration d’une liste de principes généraux d’organisation doit permettre à chaque personne qui adhère au mouvement de s’y référer et aider au fonctionnement de chaque cercle.

Ces principes sont en cohérences avec les « valeurs » du mouvement, exprimées dans le texte fondateur du mouvement, dit « manifeste ».

Pour plusieurs de ces principes, l’idée est bien de  » tendre vers », de les considérer comme des opportunités et non des contraintes. Ces principes sont une opportunité de transformation à la fois personnelle et sociale.

Au final, ces 9 principes que se donne le mouvement doivent permettre la réalisation concrète de ce que l’on défend philosophiquement, notamment :

  • Parvenir à aborder la complexité des sujets
  • Nommer les tensions qui peuvent exister entre plusieurs principes, afin de trouver une articulation.

la finalité étant bien de faire de la politique autrement, de manière ascendante et non descendante. Cela suppose de repenser la forme et le langage politique, parce que la forme induit le fond en la matière.

Cette ambition s’applique au temps de l’élaboration du mouvement et de son programme mais aussi à l’après. Il s’agit bien de faire de la démocratie avec les citoyens, une démocratie de co-construction, c’est-à-dire une démocratie qui ne se limite pas au seul temps de l’élection et associe les habitant.e.s à l’évaluation et à la construction de la décision publique, leur redonne du pouvoir d’agir. L’objectif est de parvenir à une co-définition des priorités locales, des urgences locales, sachant qu’elles sont propres à chaque contexte.a

1. Responsabilité collective et partagée ; horizontalité et autonomie

La responsabilité  collective et partagée / renouvellement » :

L’objectif est de limiter le risque de sclérose ou d’accaparement de responsabilités qui menace toute organisation.

Concrètement, cela peut s’obtenir par le fait de poser que chaque rôle/fonction est tenu(e) par un binôme ou un trinôme renouvelé régulièrement par partie.

Il est important de veiller à ce que tout le monde se sente responsable de la réussite collective.


L’autonomie ; horizontalité : 

Le fonctionnement du mouvement est horizontal. Chaque cercle est autonome dans son organisation, c’est-à-dire qu’il dispose d’un degré important de liberté, même si le cadre ou l’objectif général pose certaines limites. Cependant, ces limites ne doivent pas être posées d’en haut ni empêcher la créativité.

C’est à chaque cercle d’établir la méthodologie de travail et l’organisation les plus convaincantes pour ses membres. Les cercles peuvent disposer de degrés d’autonomie différents.

2. Formation et éducation citoyenne mutuelle

Dans les cercles, le principe est de poser la notion d’égalité entre les membres qui partagent et transmettent leurs connaissances et leurs savoirs les uns et les unes aux autres. 

Il n’y a pas de maîtres en citoyenneté qui sauraient ce qu’il faut faire et penser, nous privilégions les démarches de coopération, de coapprentissage qui permettent de mettre en évidence les différentes options possibles. 

L’ambition de cette formation réciproque est de révéler le pouvoir d’agir de chacun et chacune et de favoriser la prise de responsabilité. Cela suppose une posture qui encourage à la construction et à la confrontation des idées, à la délibération et à la prise de décisions. 

Note : c’est la définition première du terme « Education populaire », il est donc intéressant d’en appliquer les outils.

3. Égalité, mixité de genre, sociale, ethnique générationnelle et culturelle

L’égalité entre les personnes :

Nous défendons une égalité de droits et de faits des individu·e·s quelles que soient le sexe biologique ou social, l’orientation sexuelle, l’âge, l’origine sociale, ethnique, culturelle et/ou les situations de handicap ; quelles que soient les différences entre les personnes.

Chaque cercle s’attache à défendre cette égalité par une volonté de mixité afin de déconstruire nos stéréotypes, nos préjugés sur des catégories de personnes et admettre la complexité.

L’égalité entre les femmes et les hommes :

Dans cette même idée nous défendons l’égalité entre les femmes et les hommes. Aujourd’hui nous avons atteint l’égalité de droits en France, mais pas l’égalité dans les faits.

Aussi, à l’intérieur des cercles, nous prônons une mixité (des femmes et des hommes dans chaque cercle) et même la parité (autant d’hommes que de femmes).

La parité est un outil pour atteindre cette égalité de faits.

4. Des actions et du concret

Chaque discussion dans les cercles doit s’attacher à faire le lien entre aspects théoriques et actions concrètes, qui sont fortement encouragées au sein du cercle.

5. Évolutif et interactif

Évolutif :

Il s’agit de poser des manières de faire qui obligent à la remise en question régulière, la reconnaissance des erreurs commises, à la possibilité d’évolution des idées (notion de pas à pas).

Interactif :

L’idée est d’avoir une oreille attentive pour savoir réagir, accueillir les sollicitations de tout le monde

6. Ouverture, transparence et accessibilité

Sous-thèmes : Ouverture d’esprit ; Acceptation d’autrui ; Intégration ; Coexistence

L’ouverture renvoie à des modalités d’organisation qui favorisent l’intégration de nouvelles personnes en sensibilisant sur le capital issu des travaux antérieurs pour construire par-dessus.

L’accessibilité recouvre l’idée d’accès à l’information et aux travaux pour toutes et tous, la possibilité de participer aux réflexions quelles que soient ses contraintes (« les absents ne doivent pas avoir tort »).

La transparence suppose d’expliquer le cheminement qui a amené à une décision, de citer ses sources, de garantir l’accès permanent au maximum d’informations.

7. Bienveillance

Sous-thèmes : Sincérité ; Empathie ; respect des différences

Chaque cercle s’attache à mettre en œuvre les principes de la Communication non violente.

Cela signifie s’attacher à écouter les paroles exprimées et prendre conscience du fait que nous les interprétons, jugeons et catégorisons et de veiller à gommer ces effets.

8. Respect des processus et décisions

Sous-thème : Rendre compte

Partant du postulat qu’il y a deux types de principes, ceux que l’ont peut remettre en question et ceux qui constituent l’essence de notre mouvement, toute délégation de responsabilité accordée à un cercle suppose pour ses membres de « rendre compte », de tenir informés les autres membres, d’expliquer, d’être dans une sorte d’auto-contrôle qui permet de vérifier que l’action ne nous éloigne pas de la finalité. Cela s’applique au mouvement lui-même mais aussi à la méthode de gouvernance nouvelle qu’il s’agira d’établir une fois élu.

9. Festivité et convivialité

Cette dimension est importante mais elle peut aussi parfois entrer en tension avec l’idée d’expression des désaccords : dans un contexte très convivial, il peut parfois être plus difficile d’exprimer une opposition. 

Cela n’enlève rien à l’intérêt de ce principe, cela signifie seulement qu’il est important de veiller à éviter cet effet.

La responsabilité  collective et partagée / renouvellement » :

L’objectif est de limiter le risque de sclérose ou d’accaparement de responsabilités qui menace toute organisation.

Concrètement, cela peut s’obtenir par le fait de poser que chaque rôle/fonction est tenu(e) par un binôme ou un trinôme renouvelé régulièrement par partie.

Il est important de veiller à ce que tout le monde se sente responsable de la réussite collective.


L’autonomie ; horizontalité : 

Le fonctionnement du mouvement est horizontal. Chaque cercle est autonome dans son organisation, c’est-à-dire qu’il dispose d’un degré important de liberté, même si le cadre ou l’objectif général pose certaines limites. Cependant, ces limites ne doivent pas être posées d’en haut ni empêcher la créativité.

C’est à chaque cercle d’établir la méthodologie de travail et l’organisation les plus convaincantes pour ses membres. Les cercles peuvent disposer de degrés d’autonomie différents.

Dans les cercles, le principe est de poser la notion d’égalité entre les membres qui partagent et transmettent leurs connaissances et leurs savoirs les uns et les unes aux autres. 

Il n’y a pas de maîtres en citoyenneté qui sauraient ce qu’il faut faire et penser, nous privilégions les démarches de coopération, de coapprentissage qui permettent de mettre en évidence les différentes options possibles. 

L’ambition de cette formation réciproque est de révéler le pouvoir d’agir de chacun et chacune et de favoriser la prise de responsabilité. Cela suppose une posture qui encourage à la construction et à la confrontation des idées, à la délibération et à la prise de décisions. 

Note : c’est la définition première du terme « Education populaire », il est donc intéressant d’en appliquer les outils.

L’égalité entre les personnes :

Nous défendons une égalité de droits et de faits des individu·e·s quelles que soient le sexe biologique ou social, l’orientation sexuelle, l’âge, l’origine sociale, ethnique, culturelle et/ou les situations de handicap ; quelles que soient les différences entre les personnes.

Chaque cercle s’attache à défendre cette égalité par une volonté de mixité afin de déconstruire nos stéréotypes, nos préjugés sur des catégories de personnes et admettre la complexité.

L’égalité entre les femmes et les hommes :

Dans cette même idée nous défendons l’égalité entre les femmes et les hommes. Aujourd’hui nous avons atteint l’égalité de droits en France, mais pas l’égalité dans les faits.

Aussi, à l’intérieur des cercles, nous prônons une mixité (des femmes et des hommes dans chaque cercle) et même la parité (autant d’hommes que de femmes).

La parité est un outil pour atteindre cette égalité de faits.

Chaque discussion dans les cercles doit s’attacher à faire le lien entre aspects théoriques et actions concrètes, qui sont fortement encouragées au sein du cercle.

Évolutif :

Il s’agit de poser des manières de faire qui obligent à la remise en question régulière, la reconnaissance des erreurs commises, à la possibilité d’évolution des idées (notion de pas à pas).

Interactif :

L’idée est d’avoir une oreille attentive pour savoir réagir, accueillir les sollicitations de tout le monde

Sous-thèmes : Ouverture d’esprit ; Acceptation d’autrui ; Intégration ; Coexistence

L’ouverture renvoie à des modalités d’organisation qui favorisent l’intégration de nouvelles personnes en sensibilisant sur le capital issu des travaux antérieurs pour construire par-dessus.

L’accessibilité recouvre l’idée d’accès à l’information et aux travaux pour toutes et tous, la possibilité de participer aux réflexions quelles que soient ses contraintes (« les absents ne doivent pas avoir tort »).

La transparence suppose d’expliquer le cheminement qui a amené à une décision, de citer ses sources, de garantir l’accès permanent au maximum d’informations.

Sous-thèmes : Sincérité ; Empathie ; respect des différences

Chaque cercle s’attache à mettre en œuvre les principes de la Communication non violente.

Cela signifie s’attacher à écouter les paroles exprimées et prendre conscience du fait que nous les interprétons, jugeons et catégorisons et de veiller à gommer ces effets.

Sous-thème : Rendre compte

Partant du postulat qu’il y a deux types de principes, ceux que l’ont peut remettre en question et ceux qui constituent l’essence de notre mouvement, toute délégation de responsabilité accordée à un cercle suppose pour ses membres de « rendre compte », de tenir informés les autres membres, d’expliquer, d’être dans une sorte d’auto-contrôle qui permet de vérifier que l’action ne nous éloigne pas de la finalité. Cela s’applique au mouvement lui-même mais aussi à la méthode de gouvernance nouvelle qu’il s’agira d’établir une fois élu.

Cette dimension est importante mais elle peut aussi parfois entrer en tension avec l’idée d’expression des désaccords : dans un contexte très convivial, il peut parfois être plus difficile d’exprimer une opposition. 

Cela n’enlève rien à l’intérêt de ce principe, cela signifie seulement qu’il est important de veiller à éviter cet effet.

Inscription
Newletter

Grand Cercle
#11

Lundi 30 novembre

19h30

Évènement en ligne

Informations et contenus

Pour cause du contexte sanitaire, celle-ci se fera en vidéo-conférence, via le logiciel Zoom et pourra accueillir jusqu’à 100 participants et participantes :

  • 19h00 : Accueil et test micro
  • 19h15 : Blabla informel entre militants « Moi et l’Archipel Citoyen : j’en suis où ? »
  • 19h30 : Lancement du GC
    • 1/ La Zone à Faible Emission : Séquence de vulgarisation préparée par un GT dédié. Invitation d’élu·es pour préciser le calendrier en lien avec les conseils de la ville et TM. Proposition de se saisir d’un axe de consultation concret à mener sans plus tarder pour retourner sur le terrain
    • 2/ Quelles priorités d’action pour le mouvement ? : Une sélection, volontairement restreinte, pour être mobilisatrice sans s’éparpiller
    • 3/ Gouvernance et décisions : Présentation des propositions soumises à décision + modalités de vote
    • 4/ Statuts association Archipel Citoyen : Présentation des éléments structurants pour préparer l’AGE de décembre et l’adoption des nouveaux statuts 5/ L’association et les élus, quelles relations ? : Débat et ressentis sur la situation
Grand Cercloe 8 - Tien Tran - HD-087